Le secret de la structure des bons discours par Nancy Duarte – Formation Prise de Parole

S’inspirer d’autres speakers

La qualité de votre discours tient avant tout à la force du message que vous souhaitez transmettre. L’efficacité de votre prise de parole en public réside également dans votre capacité à contruire une structure qui transportera votre audience dans votre univers. Nancy Duarte, CEO de Duarte Design, livre le secret de cette structure qui a marqué les discours de Martin Luther King et Steve Jobs notamment. Découvrez la recette magique d’un bon discours.

Nancy Duarte fait d’un constat simple : pour présenter un bon discours, il ne suffit pas d’avoir une idée originale, intéressante ou même révolutionnaire. Il faut parvenir à convaincre son audience que la solution que l’on propose va résoudre des nombreux problèmes auxquels elle est confrontée. Selon elle, le public doit être le héros de votre présentation et vous son mentor, celui qui l’emmène dans la grande “aventure” du changement.

En analysant les discours de Martin Luther King et Steve Jobs, Nancy Duarte remarque de nombreuses similitudes. D’abord, ils commencent tous les deux par une ligne droite introductive, au cours de laquelle le speaker présente son idées et communique son enthousiasme, son excitation, ses espoirs… Ensuite la ligne monte et descend, suivant les allers retours que fait le speaker entre ce qui est et ce qui pourrait être. Au sein d’un discours, ce va-et-vient est essentiel. Il met en perspective la réalité actuelle et le futur potentiel qu’offre pour votre produit, votre société. À chacun de ces va-et-vient, une barrière, qu’une partie de l’audience peut avoir vis-à-vis du changement, tombe. Le présent doit être présenté négativement ; le futur comme une utopie réalisable.

Elle remarque une autre chose importante au fil de ces discours : les deux hommes ponctuent leur présentation par des éléments “chocs”, une vidéo, une phrase ou une citation mémorables. Ces moments vont rythmer la prise de parole et interloquer le public. Le discours de Martin Luther King montre aussi l’importance d’un vocabulaire imagé, de l’utilisation de métaphores et d’anaphores. Dans celui de Steve Jobs, on remarque que plus il montre le fossé entre ce qui est et ce qui pourrait être, plus le public applaudit. Nancy Duarte rappelle enfin que, quelle que soit l’idée que l’on défende, il faut garder à l’esprit qu’on peut changer son monde et le monde autour de nous. En oratrice de talent, elle clôt son intervention par une phrase mémorable qui résume sa présentation : “Le futur n’est pas un endroit où vous allez, c’est un endroit que vous créez”.

Source : ted.com