« Il faut rester attentif en permanence » – Fabienne Le Cocguen (PwC) – Formation Prise de Parole

S’inspirer d’autres speakers

Fabienne Le Cocguen est responsable RH chez PricewaterhouseCoopers (cabinet d’audit, conseil, expertise comptable). Également en charge de « Parcours Croisé », le programme de formation des consultants juniors, elle fait régulièrement appel aux formations de Symbiosis Consultants. Celles-ci visent à fournir aux nouveaux collaborateurs PwC les outils pour des prises de parole réussies. Retour sur ces formations et sur la place de la prise de parole dans le métier de consultant.

En tant que responsable du programme « Parcours Croisé » chez PwC, quelle importance a pour vous la bonne maîtrise d’une prise de parole en public ?

Les collaborateurs de PWC sont régulièrement amenés à prendre la parole en public. Pour les juniors, il s’agit dans un premier temps de présenter des travaux lors de réunions. Par la suite, il font face à des responsables de haut niveau. Les enjeux de leurs prises de parole deviennent donc plus importants. S’exprimer en public est une compétence à travailler dès l’arrivée dans le monde du travail. Pour certains collaborateurs, le risque est de la négliger trop longtemps. Cela peut vite s’avérer compliqué au quotidien et par rapport à leur évolution. Savoir prendre la  parole en public dans nos métiers est indispensable. On peut être un très bon consultant, avoir de bonnes idées, un esprit de synthèse aigu, si l’on n’est pas en mesure de restituer tout cela, de convaincre, d’être clair, cela risque malheureusement de devenir bloquant.

Vous avez fait appel à Symbiosis pour un programme de formation à la prise de parole touchant vos recrues. Quelles sont les compétences que vous souhaitiez leur transmettre ?

Nos recrues ont l’habitude d’échanger et de travailler avec des gens qui font le même métier qu’eux. Dans le cadre de cette formation, ils apprennent d’abord à s’intéresser à leur auditoire, à s’y adapter. Ce n’est pas une chose à laquelle on pense systématiquement, mais il est important de se demander « Qui ai-je face à moi ? ». On utilise un jargon ou un prisme, toujours le même. Si l’on ne se pose pas cette question, on a alors 2 chances sur 3 de ne pas capter et garder l’attention de son auditoire, qui n’est pas forcément composé de professionnels ou de connaisseurs du sujet traité. C’est un point très bien abordé dans la formation.

À quelles situations de prise de parole sont confrontées les recrues dans votre cabinet d’audit ?

Les occasions sont multiples. Cela va crescendo d’année en année :  il y a la réunion cliente importante, le comité d’audit, le comité de stratégie… Tout dépend du niveau de séniorité du consultant. Il est dommage de constater que l’on a parfois des collaborateurs très bons dans l’analyse et la présentation des idées par écrit mais qu’ils ne parviennent pas à transposer cela de manière aussi qualitative à l’oral.

Qu’est ce qui fait un bon orateur d’entreprise ?

En premier lieu, je dirais, la préparation. Cela peut paraître basique mais finalement, il faut se préparer spécifiquement pour chaque présentation, même celles qu’on maîtrise très bien. Il est crucial également de savoir gérer les premiers instants, pour poser correctement le sujet et se mettre dans de bonnes conditions pour le reste de sa prise de parole. Être à l’écoute est aussi un élément important. Il faut prendre la température de l’auditoire, rester attentif en permanence. On a souvent tendance à faire très attention au début, puis on oublie un peu de s’assurer que l’audience suit toujours au fur et à mesure de son intervention…

Source de l’image à la Une : m.kinibiz.com