[Décryptage TEDx] – « Il faut gérer » – Formation Prise de Parole

S’inspirer d’autres speakers

Comme chaque première semaine du mois, retrouvez le décryptage d’un discours Tedx par Patrick Pietruszka, formateur chez Symbiosis Consultant.

Professeur de leadership et de l’innovation à ESCP Europe, Isaac Getz a fait des études d’ingénieur en mathématiques appliquées. Il a également obtenu un doctorat en psychologie. Actif et reconnu pour ses conférences sur le leadership, l’innovation et l’implication des salariés, il s’est rendu dans plus de 200 entreprises en France et dans le monde pour présenter ses travaux. Isaac Getz est aujourd’hui considéré comme un expert du management d’entreprise. Nous analyserons ce mois-ci sa prise de parole dans le cadre d’une conférence TEDX.

La conférence d’Isaac Getz est prenante car il développe des idées puissantes. On sent qu’il a l’habitude d’intervenir en public. Il maîtrise visiblement les codes de la communication orale. Constatez plutôt :

  • Aucun signe apparent de stress, Isaac Getz paraît parfaitement à l’aise avec son sujet et avec son auditoire.
  • Il interpelle son auditoire en lui posant des questions visant à le tenir en haleine : « Savez-vous quel est le pourcentage de salariés engagés en France ? »
  • Son intervention s’appuie sur des supports visuels simples et évocateurs (images impactantes, peu de texte)
  • Ses supports constituent une aide à l’expression orale mais sans jamais se substituer à lui.
  • Isaac Getz a enfin le souci de la mise en scène. Pour illustrer son propos, il joue à plusieurs reprises, avec une comparse, des entretiens entre un manager et sa collaboratrice.

Malgré ces points très positifs, il reste un sentiment d’inachevé au terme de son intervention. L’enthousiasme n’est pas vraiment au rendez-vous ; la mémorisation des points clés du discours non plus. Voyons où le bât blesse :

  • Un disque rouge signale la zone la mieux éclairée du plateau aux intervenants. Il délimite la zone bien éclairée. Au-delà de ce disque, on est, comme le disent les pros, «dans le schwartz». Isaac Getz sort régulièrement de cette zone. Cela peut arriver quand on manque d’attention et traduit une mauvaise occupation de l’espace.
  • Isaac Getz a une voix relativement linéaire qui ne fournit pas suffisamment d’indications sur l’importance de ce qui est dit. Au cours de son intervention, le speaker exprime 3 besoins fondamentaux des salariés. Ce temps fort de l’intervention mais n’est pas du tout mis en valeur. Pour preuve, essayez de vous les remémorer après un visionnage sans prise de notes ! Nous avons pourtant à notre disposition une panoplie de moyens : parler mezzo voce, faire silence, sur-articuler, changer de ton, parler plus lentement… Autant d’outils pour créer des aspérités, des ruptures dans nos interventions.

En conclusion, prendre la parole en public, c’est entrer dans un état d’extrême vigilance : je suis tout d’abord vigilant à ce que j’ai à dire, puis je suis vigilant à la manière dont je le dis et enfin je suis vigilant à qui je le dis.

Source de l’image à la Une : Wikimedia commons (Maurice Mikkers)