Parler avec un prompteur : un coup de pouce à moins de 10 dollars ! – Formation Prise de Parole

Améliorer forme et supports

On ne s’en aperçoit pas, pourtant le regard du présentateur n’en décroche pas lors du journal de 20 h ou d’un talk-show. Le prompteur est l’outil le plus utilisé à la télévision par les speakers pour ne pas perdre le fil. Il pourrait bien devenir votre meilleur ami lors d’une prise de parole en public si vous avez peur d’oublier votre texte. Encore faut-il savoir comment fonctionne un prompteur et comment son utilisation impacte votre approche du discours.

Un prompteur : comment, pourquoi ?

Le prompteur est un dispositif qui permet à l’orateur (présentateur, conférencier…) de lire son texte avec le regard dans l’axe du public (en dessous d’une caméra ou sur le rebord d’une scène). Autrefois réservé aux professionnels, du fait de son prix élevé, il est désormais à la portée de tous grâce à l’émergence d’applications pour tablettes tactiles et smartphones telles que Over2you ou iDiscours. L’usage d’un prompteur peut vous permettre de gagner de l’assurance à l’oral, de rythmer votre discours et d’éviter les trous de mémoire. Toutefois, lire un prompteur peut se révéler un handicap si on ne sait pas s’en servir.

De la bonne utilisation du prompteur

Même si la tentation est grande, un prompteur ne doit pas remplacer votre connaissance du sujet. En effet, vous n’êtes pas à l’abri d’un problème technique, d’être déconcentré par un élément extérieur (le public, un bafouillage, un éternuement…), d’un défilement du texte mal réglé qui vous faire perdre vos moyens. Le prompteur doit servir de soutien pour vous mettre à l’aise mais il ne peut et ne doit pas vous dispenser de bien préparer votre prise de parole.

Conseils et astuces

Voici les choses à ne surtout pas faire lorsque vous utilisez un prompteur :
Lire mot-à-mot. Vous n’y arriverez pas et surtout votre discours sonnera comme celui d’un robot.
Fixer le prompteur en permanence. Cela donnera l’impression au public que vous n’êtes pas dans le moment présent, que vous n’êtes pas vraiment avec eux.
Paniquer lorsqu’il y a un soucis technique. Si vous connaissez votre sujet, vous saurez rebondir.
Saisir l’intégralité de votre texte dans le prompteur. Ne gardez que les parties les plus complexes (un paragraphe emphatique, des dates importantes, des précisions techniques…) et fonctionnez plutôt sous forme de plan détaillé.

Source de l’image à la Une : Flickr (The Official CTBO photo)